Tout ce qu’il faut savoir sur le crédit bancaire

Si l’on définit basiquement le crédit bancaire, on dira qu’il s’agit d’un prêt qui est une sorte de mise en disposition d’argent, consentie par un préteur appelé créancier à un emprunteur appelé débiteur. Pour le créancier, l’opération donne naissance à une créance sur l’emprunteur, en vertu de laquelle il pourra obtenir remboursement des fonds et paiement d’une rémunération (intérêt) selon un échéancier prévu.

Pour l’emprunteur, qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’un particulier, le crédit consacre l’existence d’une dette et ouvre la mise à disposition d’une ressource financière à caractère temporaire.

Mais que doit-on savoir sur le crédit bancaire ?

Le crédit bancaire devient la source de financement par excellence pour les entreprises, qui du fait de leur forte opacité informationnelle et leurs moyens financiers limités, sont incapables d’accéder aux marchés des capitaux pour se financer. Une relation établie sur le long terme entre la banque et son entreprise cliente est un moyen de réduire les asymétries d’information.

Le financement à crédit est devenu une opération courante et il fait désormais partie intégrante de la vie des consommateurs. D’ailleurs, la concurrence entre les établissements de crédit s’exerce largement en matière de taux de crédit.

Le coût du crédit est un paramètre primordial que l’ensemble des clients étudient avec attention. Les caractéristiques du crédit proposé, notamment en termes de souplesse, peuvent être également déterminantes.

Crédit bancaire: Les taux

Le niveau des taux de crédit, dans la limite des taux usuraires (la loi prévoit généralement des taux maximum, applicables par le prêteur, appelés taux de l’usure), sont fixés librement par les banques. Ces dernières sont tenues de communiquer dans leurs offres de crédit le Taux Effectif Global qui est calculé manière identique par toutes les banques.

Le TEG qui permet de connaître le prix de revient global du financement et permet donc de comparer.

Le TEG est le TAEG (taux annuel effectif global) pour les prêts à la consommation. Il est obligatoire pour tous les actes de prêt ainsi que dans toutes les publicités.

Le taux d’usure est considéré comme usuraire s’il est supérieur de 33 % à la moyenne des taux annuels pratiqués le trimestre précédent par les banques et établissements de crédit.

Les conditions financières

Les conditions financières du crédit à court terme varient selon le niveau des taux d’intérêts sur le marché de l’argent entre banques qui correspond à leur coût de refinancement.

À long terme, le cout du refinancement des banques est directement sous l’influence du niveau des taux du marché obligataire. Le taux du crédit est donc fonction du cout de l’argent pour la banque, du risque de l’opération financé et de la qualité de l’emprunteur.

En ce qui concerne les annuités, elles correspondent à l’amortissement financier (part du capital remboursé) et aux intérêts (proportionnels à la durée du crédit, à son montant et à son taux). L’Assurance Décès Invalidité est en règle générale obligatoire au contraire de l’assurance perte d’emploi.

Crédit bancaire: Importance de l’assurance

Dans certaines banques, le montant de la prime d’Assurance Décès Invalidité est calculé sur le capital emprunté (par exemple 2,60 euros par tranche de 10.000 euros empruntés). Dans d’autres banques, la prime d’assurance se calcule sur le capital restant dû et s’exprime sous la forme d’une majoration du taux du prêt.

L’assurance perte d’emploi est une protection contre les risques de ne plus pouvoir rembourser les mensualités par la suite de la perte de son emploi. Elle peut être exprimée en euros ou intégré au taux d’intérêt qui est alors majoré comme pour l’assurance décès invalidité.

Les garanties nécessaires

Quant aux garanties, elles varient assez fortement selon la nature du financement demande, du montant, de la durée et du client lui-même. Pour des projets de court terme et de montant limité, la banque exige rarement des garanties.

À ce stade on peut se demander sur les frais du dossier en question, l’étude de ce dernier engendre des frais qui, selon les types de crédit et de banques, peuvent être fixes ou proportionnels au montant du prêt. Il existe généralement un minimum de perception. Toutefois, certains types de crédit (par exemple le prêt à taux zéro) ne comportent pas de frais de dossier.

En ce qui concerne le calcul du crédit, cela se fait en prenant en compte la totalité des paiements effectués à la banque (avec les intérêts et l’assurance) ainsi que les frais de dossier et les frais liés aux garanties.

L’approche de la banque en matière de crédit comporte plusieurs aspects intégrant à la fois la relation commerciale et à la fois la maitrise de ses risques. Une banque doit donc avant tout cerner les besoins de sa clientèle pour être en mesure de les anticiper et également pour proposer des solutions adaptées.

Lorsque le banquier réalise une opération de crédit, son analyse se fonde sur la maîtrise de son risque qui repose sur la capacité de remboursement du client et son possible non-remboursement. La banque prend aussi en compte la rémunération de ses autres risques (immobilisation des fonds, taux d’intérêt) et la rentabilité de l’opération de crédit.

Plusieurs types de situations peuvent amener un client à solliciter un crédit. De façon générale, on observe trois grandes catégories de besoins chez un client.

Les besoins passagers du particulier

Pour des besoins passagers, la banque peut apporter une réponse sous la forme d’un découvert ou d’une facilité de caisse. Ces crédits impliquent rarement une prise de garanties par la banque. La banque est surtout soucieuse pour ce type de financement de la régularité des entrées de trésorerie sur le compte de son client. L’équilibre de la trésorerie du client est donc important mais aussi son niveau d’endettement.

Les besoins liés à un investissement immobilier du particulier

La grande majorité des clients souhaitent accéder à la propriété et il est nécessaire dans la plupart des cas d’obtenir un crédit pour pouvoir y prétendre. Pour financer cet investissement à long terme, la banque a à sa disposition une large palette de prêt immobilier. Compte tenu de l’importance des sommes empruntées, la banque procède à une analyse de risques détaillée du dossier de crédit. Elle va le plus souvent prendre une garantie réelle, hypothèque ou privilège du prêteur de deniers, afin de se prémunir contre la défaillance de l’emprunteur.

Les besoins exceptionnels du particulier

La banque proposera le plus souvent un crédit à la consommation avec un remboursement étalé dans le temps permettant alors au client de faire face à un imprévu.

(15)